La vocation administrative

Publié le par Manu

Quand je présente mon parcours personnel et que j'indique travailler dans l'administration après des études de philo, la question qui suit est souvent du genre: "et ça t'intéresse vraiment?".

 

L'administration en effet n'a pas exactement bonne presse. Le travail y est perçu comme ennuyeux, peu qualifié et répétitif. Elle est dénoncée par les politiques, les médias, les enseignants, les policiers, ...  par tout le monde en fait, et même souvent par les administratifs eux-mêmes, comme une force d'inertie, un gouffre à argent public, où le manque de qualification, d'entrain et d'efficacité de ses employés n'a d'égal que la complexité et l'invraisemblance des règles et procédures qu'elle a vocation à appliquer.

 

Tout le monde se retrouve contre l'administration, pour dénoncer l'emprise du "système" et de la "bureaucratie" sur notre vie quotidienne, nos besoins et nos droits les plus basiques. C'est un défouloir, contre lequel tout est permis, un ennemi public, toujours à l'affut pour nous dérober notre argent ou nous priver de nos droits.

 

Et pourtant quel beau métier!

 

En tant que chrétien, je ne peux m'empêcher d'y voir une forme particulièrement exemplaire de service. Je lis sur cette page que "le mot désigne l’ensemble des activités dont le but est de répondre aux besoins d’intérêt général de la population (ordre public, marche des services publics…), tels qu’ils sont définis à un moment donné par l’opinion publique et le pouvoir politique". Elle ne nécessite pas toujours des qualifications aussi étendues ou approfondies que d'autres types de services plus spécialisés (enseignement, santé,...) quoique certaines activités incluses dans son champs de compétences peuvent être très techniques(paye, comptabilité ...), et n'a pas nécessairement la même visibilité. On se rend plutôt compte de son importance lorsqu'elle fonctionne moins bien (exemples: lorsqu'on est payé en retard, lorsqu'un dossier est égaré etc.).

 

Son activité est en effet si importante et si vitale qu'elle parait aller de soi. Si je prends l'exemple de la gestion de paye, que j'ai exercée pendant cinq ans, il est évident qu'il y a une obligation impérative de résultats: "tout travail mérite salaire", et nul ne peut vivre sans argent. Et pourtant les règles de la comptabilité publique sont si exigentes, et les circuits si complexes, que rémunérer tous ses agents en temps et en heure, indemnités incluses, relève souvent du parcours du combattant.  Une fois parvenu tant bien que mal au bout des échéances, l'administratif est ensuite bien souvent exposé à l'irritation très compréhensible des personnes qu'il naura pas réussi à servir de façon satisfaisante.

 

C'est donc un travail ingrat, souvent invisible, récompensé trop souvent par la critique et l'agressivité des usagers. C'est aussi un travail à la fois indispensable, et tout entier tourné vers autrui, sans gloire ou bénéfice financier ou intellectuel significatif. En ce sens, c'est vraiment un domaine, du point de vue catho qui est le mien, où l'aspiration à suivre le Christ peut pleinement s'épanouir.

 

Cette idée est très importante dans ma prière. Quand j'étais gestionnaire de paye, le passage du Notre Père "Donnes-nous aujourd'hui notre pain de ce jour" prenait un sens très fort, pour moi: je me faisais en quelque sorte l'instrument du Seigneur, lorsque j'oeuvrais à ce que chacun des agents placés sous ma responsabilité puisse payer ses propres moyens de subsistance.

 

Dans le même ordre d'idée, prier les laudes dans les transports chaque matin, et les vêpres en sortant du travail (ma "bonne résolution" pour cette rentrée) m'aide à accepter l'ingratitude et le manque de reconnaissance de mon travail, et à goûter le don total de moi qu'il permet, cette chance quotidienne qu'il m'offre de faire le Bien et de rassurer.

 

Et si je regrette bien sûr l'activité intellectuelle qui était mienne lorsque j'étais étudiant de philo, je pense que l'administration a fait de moi un bien meilleur homme que celui que je serais devenu si j'avais suivi ma voie initiale jusqu'au bout, parce qu'elle m'a fait connaître, d'une façon beaucoup plus viscérale que toutes mes années d'études, l'humilité et le sens du service.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Agathe 21/02/2011 11:44



Coucou Manu (ça fait bizarre, mais bon...),


Ton blog, que j'ai parcouru, est très intéressant, mais je préfère poster ici plutôt qu'à l'article le plus récent, celui-ci me parlant tout particulièrement. Sans partager le point de vue Catho
pour des raisons que tu sais, je confirme que le travail administratif, loin d'être ennuyeux ou "de fainéant" comme on l'entend trop souvent est très intéressant, permet nombre de rencontres et
d'aider les autres autant se faire que peu. Ce travail est non seulement nécessaire mais aussi utile et valorisant (du moins à mes yeux, et pour nos cas personnels, que je connais... je ne peux
pas parler au nom de tous les fonctionnaires, et tous n'ont pas forcément notre chance).


Gros bisous et à bientôt en 006 ;)



Manu 22/02/2011 17:16



Coucou Agathe!


Merci pour ce passage sur mon blog qui me fait très plaisir!


Merci également d'avoir pris le temps d'écrire ce commentaire encourageant!


D'accord avec toi sur ton appréciation du travail administratif...


Portez vous bien toi et ta famille!


A bientôt!


Manu