La minorité catholique

Publié le par Manu

J'évoquais dans mon billet d'hier la tendance croissante de certains catholiques français à voir l'agression "un peu partout".

J'ai depuis lu un article très intéressant, qui me permet d'approfondir cette question.

L'auteur de ce billet nous invite, nous catholiques, à montrer que nous pouvons revendiquer notre identité sans tomber dans l'identitaire.

Deux écueils donc sont à éviter: l'effacement, et le communautarisme.

Le premier écueil, nous y avons longtemps succombé et nous en payons le prix actuellement. Il y a une dizaine d'années, en commençant la lecture d'un ouvrage de sociologie déjà ancien à l'époque sur les catholiques en France, dont les références exactes m'échappent, j'étais tombé sur l'affirmation suivante qui m'avait marqué: les catholiques se caractérisent par le fait qu'ils ne veulent surtout pas passer pour catholiques. Comme l'article le souligne, c'est de moins en moins vrai aujourd'hui, quoique je puisse citer le cas de relations de travail et d'amis qui craignent que leurs collègues n'apprennent qu'ils sont chrétiens, de peur d'être étiquetés intolérants, ou intégristes, etc. Il n'en reste pas moins que beaucoup de paroissiens, y compris très impliqués, répugnent à revendiquer le message de l'Eglise catholique dans son intégralité, quant ils ne sélectionnent pas dedans ce qui leur parait vraiment évangélique, par opposition à ce qui leur parait rigide ou dépassé. La presse étalait l'an dernier, non sans un peu de complaisance, ces sondages qui montraient la désapprobation d'une majorité de catholiques français à l'égard des propos du pape. Si nous sommes les premiers à nous désolidariser de l'Eglise dès que ça sent le roussi, comment convaincre ceux qui n'y n'ont jamais mis les pieds et ne la connaissent que par les médias et les oeuvres de fiction que tout n'y est pas si mal, et qu'elle a vraiment un message à apporter aujourd'hui, qu'on a encore besoin d'elle? On a parfois l'impression que certains catholiques ne s'affirment comme tels que dans le but de pouvoir y accoller l'épithète "ouverts" et de démontrer que comme tels, ils sont tout sauf d'accord avec les positions de l'Eglise (cf. Golias qui est un exemple à la limite de la caricature, voire de l'apostasie  à mon humble avis).

Face à ces abus et à la désaffection grandissante pour le culte, c'est donc bien légitimement qu'un nombre croissant de catholiques ressentent le besoin d'affirmer haut et fort que non, l'Eglise n'est ni moribonde ni dépassée, et que oui, notre monde actuel ne s'en porterait pas plus mal et même plutôt mieux s'il faisait l'effort de se montrer plus réceptif à son message. Après tout, toutes ses minorités que nous avons longtemps été supposés écraser,les militants pour la laïcité, les associations de défense des homosexuels, les autres religions, les mouvement féministes etc. ne se privent pas de faire du lobbying, et beaucoup de monde trouve ça très bien. L'urgence est d'autant plus grande que le catholicisme n'est pas encore vraiment perçu par l'opinion comme une minorité elle aussi confrontée à l'intolérance et à la discrimination, d'où par exemple la réception très contrastée par l'opinion entre disons la profanation d'une mosquée ou d'une synagogue et celle d'une Eglise. C'est pourquoi des sites, des mouvements s'organisent pour faire entendre aux médias et à l'opinion publique la voix de l'Eglise chaque fois que celle-ci est maltraitée. Et à très juste titre: comme disait je crois Churchill "Pour que le mal triomphe il suffit que les gens de bien se taisent" (je ne garantis pas l'exactitude de la citation, mais l'idée est là).

Prenons garde cependant de ne pas tomber dans les mêmes pièges que certains de ces lobbys de minorités. Ces dernières semaines, certains des mouvements catholiques que je viens d'évoquer faisaient part de leur agacement face au caractère parfois très ostentatoire des manisfestations organisés par quelques groupes de défense des homosexuels (par exemple le kiss-in). Ce point de vue peut se défendre, mais si les catholiques eux-mêmes en font des tonnes à chaque foi que l'Eglise leur parait menacée ou remise en cause, comment imaginer que nous ne susciterons pas le même agacement chez ceux-là mêmes que nous cherchons à convaincre. Et si nous sommes souvent caricaturés ou victimes de l'ignorance religieuse en vogue à notre époque, autant faire nous-mêmes attention à nos propres fermetures et à notre propre manque d'information. L'initiative de certains mouvements l'an dernier qui visait à couper le Hellfest de ses sponsors, sans aucune tentative préalable de discussion ou de négociation avec ses organisateurs, outre le caractère douteux de son efficacité à moyen terme (le Hellfest est largement autofinancé) a davantage monté de monde contre l'Eglise que contre le Hellfest (comparer le nombre de membres des groupes facebook des deux côtés, ainsi que la teneur de certains messages), sans grand intérêt, tant ces militants catholiques semblaient tout ignorer de la réalité de la scène metal.

Nous sommes devenus une minorité: il est donc temps que nous nous considérions comme tels, sans hésiter à reprendre les méthodes qui ont permis à d'autres minorités d'améliorer largement leur lot quotidien, et de gagner la reconnaissance de la majorité. Mais autant éviter de reprendre avec tout ce qui est plus discutable ou contreproductif. Et ne pas oublier que ce message que nous cherchons à faire entendre à nouveau, celui de l'Evangile, conditionne ces moyens que nous utilisons pour le faire connaître, et nous rappelle d'accueillir l'autre, sans pour autant transiger avec le contenu du message, avec la même patience et la même absence de jugement que Dieu a pour nous, et sans nous fermer à ce qu'il est et à ce qu'il a lui-même à nous transmettre. La culture et la société romaines, qui ont été initialement le vecteur de tant de persécutions pour les premiers chrétiens, l'Eglise des premiers siècles a su les convertir et les mettre à son service. Alors pourquoi pas ces aspects de la culture et de la société actuelle qui paraissent tant déranger voire choquer certains catholiques?

Publié dans Actualité religieuse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article