Unblack metal: évangéliser l'Enfer

Publié le par Manu

Disclaimer: mes compétences musicales sont proches de zéro. Je vais donc aborder la question sur le terrain très empirique et théorique de mon ressenti de chrétien et d'amateur de black metal, et non sur ceux de la composition musicale ou de son instrumentation, a fortiori de la musicologie.

 

Le black metal peut-il se prêter à une approche d'inspiration chrétienne, ou exprimer des valeurs dans lesquels un chrétien pourrait se reconnaitre? Certains avis tendraient à nous faire répondre par la négative:

 

"Selon LHN, le black métal est un tout, et l’on ne peut dissocier la musique et l’esprit du black : le black est un combat, est une guerre contre ce bluff historique qu’est la peste religieuse".(Site La Horde Noire, en réaction à l'interview du père Culat par vs-webzine).

 

"Faut en vouloir aux groupes de pseudo-black metal ...
perso, quelques mots qui peuvent définir le black, sont la haine, l'angoisse, la mélancolie, le sombre .... et non l'amour et la joie !
je n'ai rien contre ce dernier, mais ce n'est pas non plus son élément (qu'est le black metal), ni la bonne façon de s'exprimer (qui est de passer par la composition de musique), ni même les bon outils (la structure de la musique black metal ... comme par ex le chant U_u !)
si j'ai envie d'un peu de rose dans ma vie, j'écouterais du B.Marley ... de m'eclater avec la techtonique ou autre !
ce qui conclu par : je suis contre le unblack !" (Trouvé sur un forum au cours d'une recherche sur Google).

 

"- Qu'est ce qui fait, selon toi et en termes généraux, le Black Metal ?

- Le Black se distingue par le refus, le refus d'un peu tout, santé – gloire - argent - business, mais plus particulièrement le refus de la chrétienté ; c'est pourquoi, ainsi que je l'explique dans l'avant-propos, le "noli" figurant dans le titre s'applique parfaitement. Mais surtout le Black met en lumière la volonté d'abandonner le christianisme, coupable de tant d'abjections (et je me suis renseigné à ce sujet) depuis pratiquement sa fondation." (Site Obsküre - Entretien avec Frédérick Martin A propos de l’ouvrage « Eunolie – Conditions d’émergence du Black Metal » (éd. Musica Falsa, 2003, janvier2004)).

 

Le black metal, comme son nom le suggère, et comme la deuxième citation le rappelle, met en scène des émotions obscures, négatives, telles qu'effectivement la haine, l'angoisse et la mélancolie, ou encore la terreur, le désespoir, etc. En ce sens, il serait opposé à la "Bonne Nouvelle" du christianisme, qui célèbre l'amour, l'espérance, la joie, etc.

 

En sens contraire, on pourrait observer que le christianisme accorde dans son message une place importante aux aspects les plus sombres ou les plus douloureux de la condition humaine.  Dieu nous accueille dans la globalité de notre être, avec nos aspirations les plus nobles, mais également avec tout ce qui alourdit notre vie intérieure, nous fait souffrir ou nous incline à faire souffrir autrui. Les Psaumes, qui en tant dans d'endroits célèbrent l'amour du Seigneur ou la joie d'être sauvé, comportent également des passages beaucoup plus sombres, voire morbides, tel celui où les corps des enfants du peuple enemi sont brisés sur des rochers (ce qui ne signifie pas que le psalmiste approuve nécessairement un tel acte, mais est sans doute une métaphore à partir d'une coutume commune à beaucoup de peuples à l'époque). Autre exemple, chaque Eucharistie rappelle, outre la résurrection du Christ et son retour dans la Gloire, sa mort. Ce qui pris tout ensemble représente le kérygme, le centre de notre foi.

 

Le champ d'expérimentation du black metal, sa thématique, fait donc tout à fait sens dans la vie de foi d'un chrétien. Tout pratiquant sincère connait la place du désespoir, du doute, de la colère, de la haine parfois, au sein de la vie spirituelle. Tout être qui cherche à se présenter devant Dieu se trouve en retour confronté à son péché, à tout ce qui le coupe de la pleine communion avec le Créateur.

 

Et cette affinité possible entre le black metal et le christianisme, contrairement à ce que la deuxième citation suggère, a été très bien perçue par les musiciens de unblack metal. Un titre de morceau tel que The Cold Grip of Terror (de Crimson Moonlight) ne parait pas particulièrement vouloir mettre "un peu de rose dans la vie" (pas de façon bisounours en tout cas).

 

Le Père Domergue, lors d'un chat animé par le forum de La Cité Catholique, a donné une lecture plus fine de ce qui peut distinguer la thématique du black metal de l'approche chrétienne, en réponse à une question que je lui avais posée:

 

"Je voudrais également souligner le fait que — toujours Marduk et Dark Funeral qui vont venir à Clisson dans qques jours — font souvent référence à la mort, au désespoir etc. et ceci peut être commun avec le christianisme. Mais la différence notable avec le message de l'Évangile, c'est que la Bonne Nouvelle parle de ces thèmes avec une ouverture qui aboutit vers la Résurrection, pour ne parler que de ce thème. Sauf exception, les chansons en question n'y font pratiquement jamais réf. et donc je ne peux pas comparer ces différents textes directement. L'Évangile donne un sens à la mort, là où le Death ou le Black M n'en font qu'une exaltation, sans chercher forcément à donner une porte de sortie".

 

La porte de sortie, voilà la différence. Le black metal enferme son auditeur dans le désespoir, alors que le christianisme invite chacun à vivre la souffrance, le doute, le désespoir, tout ce que notre vie comporte de négatif, dans l'espérance. En ce sens, là où un musicien de black metal "traditionnel" cherche par sa musique à couper tout horizon, vise le point maximal d'oppression, le climat le plus malsain possible, l'unblack metalleux  essaie de toucher l'instant où le désespoir le plus absolu se mue en espérance, où les ténèbres se découvrent de façon preque imperceptible pour laisser percer la lumière à venir. La musicalité du black metal, qui exprime de façon si efficace l'absence de Dieu, pour trop souvent s'enfermer dans le constat de cette absence et en venir à maudire Celui qui ne vient toujours pas (en apparence du moins) peut tout autant révéler en miroir le désir qui est à la racine de la souffrance exprimée.

 

Ce que Crimson Moonlight me parait exprimer, pour ne prendre qu'un exemple, dans les paroles de The Cold Grip of Terror:

 

 

"I carry a longing, a yearning stronger than words can tell..
I carry my sword, my emblem of victory,
in this chaos I flourish...
I believe. My dream is the loveliest dream.
Just the wish to have it fulfilled is enough.
I watched my step when I entered the narrow path..
I saw and I understood...
Its goal lies beyond the black fog, beyond the cold grip of terror.
To reach the goal I have to walk a long way,
have to tear my flesh on the sharpest thorns,
have to squeeze my staff so my hand gets cramped...
Through weird depths of bloody tranquility,
through darkness, pain and chaos..
through still, serene silence...
through the lashings of icy rains...
Suffering...Is it a challenge, a divine trumpet?
Day and night I lay there knocked to the ground.
Scars and wounds were my constant company...
The taste of cold blood woke me up from my restless sleep.
The heat of fire burnt my hands, stiff with cold,
when I tried to make them warm.
Sackcloth covers my body
And I've had to lower my horn in the dust.
My face is flaming red with tears,
and death has painted my eyelids shadowy black.
And this although my hands are free from violence
and my prayer is pure!
My days are gone, my plans are shattered,
gone what was once my heart's desire.
I wish to change night for day.
Daylight would be near now when darkness breaks in.
No, I know Thou will carry me,
Thy presence is greater than the darkest agony.
Thou, the only one. My fortress.
Thou alone are immortal...
Covered in glorious majesty
Thou alone are the Lord's anointed.
The darkness recedes, 'cause the true light is already shining... "

 

Nous faisons généralement le choix d'une vie de foi, ou y retournons, après avoir eu l'expérience profonde de l'Amour de Dieu, ou de la Beauté de Sa Création, etc. Intuitions exaltantes du Divin que la musique plus traditionnelle peut célébrer. Mais nous éprouvons cette foi dans la nuit de telles expériences, dans la banalité désespérante du quotidien, ou dans l'horreur et la cruauté qui sont trop souvent la signature de notre réalité terrestre. Et le destin de notre âme se joue dans la façon dont elle assume cette nuit: dans le désespoir ou dans l'attente.

 

Le black metal me parait exprimer d'une façon particulièrement pure et évocatrice cette croisée des chemins. En ce sens, s'il lui arrive d'accompagner un chemin de damnation, il peut aussi, d'une façon très puissante, exprimer l'espérance dans la nuit, qui est le lot de tout chrétien...

 

Publié dans Metal

Commenter cet article